Les dégâts des mots - Episode 1

Les dégâts des mots

Nous nous efforcerons donc, avec l’aide d’Allah - Exalté soit-Il -, d’attirer l’attention du lecteur sur la gravité d’un sujet qui fit couler beaucoup d’encre et de sang à travers les siècles.

Sachez, chers frères et sœurs que l’insouciance et l’oubli sont les principales causes qui nous éloignent de la maîtrise de la langue. Un rappel régulier est profitable au croyant sincère. Allah - Exalté soit-Il - dit (ce qui a pour sens en français) : « Et rappelle, car certes le rappel est bénéfique pour les croyants. »

Chers frères et sœurs, voici une liste non-exhaustive de quelques dégâts causés par la langue:

  • Jurer par autre qu’Allah- Exalté soit-Il - 
  • Le faux témoignage.
  • Le fait de maudire.
  • Le mensonge.
  • La médisance.
  • La calomnie.

Parce que ces méfaits de la langue ont une influence négative sur l’esprit et les mœurs, il est vital pour chacun d’entre nous de les connaître pour mieux nous en éloigner.

« Heureux est celui qui retient le surplus de sa langue et dépense le surplus de son argent. »

Le Prophète - paix et bénédictions sur lui -

De plus il est important de savoir qu’il y a deux grandes catégories de dégâts liés à la langue :

  1. Les dégâts du silence
    Celui qui tait une vérité est comparable à un Satan muet.
     
  2. Les dégâts de la parole.
    Celui qui prononce des mensonges est comparable à un Satan qui parle.

 

La médisance:
La médisance consiste à parler de quelqu’un en des termes qui lui auraient déplus s’il les avait entendus. Cela peut concerner soit de particularités physiques, de caractère, d’origine ou de ses œuvres, ses paroles, sa vie, ses vêtements, son foyer, etc.

Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a dit : « Savez-vous ce qu’est la médisance ? » Ils (les compagnons présents) répondirent : « Allah et Son Messager sont plus savants. » Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - leur dit alors : « C’est de parler de ton frère en des termes qui lui déplaisent ». L’un d’eux dit : « Et si ce que l’on dit de lui est vrai ? » Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - répondit : « Si ce que tu dis de lui est vrai, alors tu auras médit de lui, et si ce n’est pas vrai, tu l’auras calomnié. »
 

La médisance n’est pas que verbale:
Tout geste, tout acte, tout signe, toute écriture ou allusion qui fait allusion aux imperfections de quelqu’un est considéré comme étant de la médisance. C’est islamiquement illicite. D’après Houdhayfa , ‘Aïcha (qu’Allah l’agrée) parla au Prophète - paix et bénédictions sur lui - de Safiyya et lui dit : « Elle est petite de taille ». Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - lui dit : « Tu as médit d’elle. »
 

La participation à la médisance:
Il est également réprouvé de prêter l’oreille aux propos médisants, encourageant ainsi celui qui médit, sans l’inviter à cesser sa médisance.

A ce propos, il est relaté dans le hadîth authentique rapporté par Al-Hâfidh ibn Ya‘lâ qu’un homme vint demander au Prophète - paix et bénédictions sur lui - d’être purifié du péché d’adultère qu’il commit, (…). Peu après, le Prophète - paix et bénédictions sur lui - entendit un homme dire à son compagnon : « As-tu vu cet homme qu’Allah avait protégé, sa conscience ne le laissa pas en paix jusqu’à ce qu’il soit lapidé tel un chien. »

Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - continua son chemin jusqu’à ce qu’il passa devant la charogne d’un âne, il dit alors : « Où sont untel et untel ? Baissez-vous et mangez de la charogne de cet âne. » Ils dirent : « Qu’Allah te pardonne, Oh ! Messager d’Allah. Cela est-il mangeable ? » Il dit - paix et bénédictions sur lui - : « L’atteinte que vous venez de porter à votre frère est pire nourriture que celle-ci. Par celui qui détient mon âme dans Sa Main, il (l’homme lapidé) plonge en ce moment dans les rivières du Paradis. »

A travers ce hadîth, il apparaît clairement que la sanction ne vaut pas seulement pour celui qui formule une médisance mais également à celui qui y prête l’oreille sans la proscrire.

article précédent de la chronique | article suivant de la chronique

Islamwave

Ajouter un commentaire