Les dégâts des mots - Episode 4

Les dégâts des mots - Episode 4

Le mensonge :
Le mensonge est considéré comme illicite par le Coran, la Sunna du Prophète - paix et bénédictions sur lui - et le consensus des savants.

Allah - Exalté soit-Il - dit : « Et Allah laisse croître leur maladie, ils auront un châtiment douloureux pour avoir menti. » Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a dit : « Quatre (caractéristiques) font de quelqu’un un hypocrite, et s’il n’en a qu’une seule alors il a une des caractéristiques de l’hypocrisie jusqu’à ce qu’il s’en débarrasse : Quand il parle, il ment ; quand il s’engage, il trahit ; quand il promet, il se dédit et quand il se querelle, il dit des propos indécents. »

L’Homme ne ment que par fruit de sa disgrâce, Par mal agir ou par manque de décence.

Et certaines charognes de chiens ont certes meilleure odeur Que le mensonge, qu’il soit sérieux ou par plaisanterie.

 

La parole mensongère :
La langue a tendance à promettre trop facilement.
Allah - Exalté soit-Il - dit (ce qui a pour sens en français) : « Ô vous qui croyez ! Soyez fidèles à vos engagements. ».

Le mensonge, il est bon de le savoir, est un des indices de l’hypocrisie comme le révéla le Prophète - paix et bénédictions sur lui - lorsqu’il cita les quatre caractéristiques de l’hypocrite (voir plus haut). Il dit aussi - paix et bénédictions sur lui - dans un hadîth rapporté par At-Tirmidhî : « Certes, l’homme prononce une parole dans laquelle il ne voit aucun mal, et celle-ci le précipitera en Enfer septante automnes (années) »

Conclusion :
Le Musulman et la musulmane se doivent de respecter un certain nombre de principes fondamentaux dans leurs relations avec autrui :

  • ne dire que la vérité
  • être sincère
  • avoir de bonnes intentions
  • ne pas calomnier
  • ne pas faire de faux serments
  • etc.

Si le cœur est le pivot central qui caractérise la personnalité du Musulman fidèle, l’Islam accorde une grande importance à la langue. De nombreux versets et hadiths prophétiques mettant l’accent sur la nécessité d’éviter les innombrables maux de la langue. Ils invitent les croyants à remédier aux dégâts des mots.
Abdoullah ibn Mas‘oûd dit un jour parlant de la langue : « Par Celui qui ne se voit associé aucune divinité, il n’y a rien qui n’ait plus besoin d’être enfermé à vie que la langue. »

La langue doit inlassablement être vouée au rappel et à l’évocation d’Allah - Exalté soit-Il -, - adh-dhikr -, à la lecture du Coran, de la Sunna et aux paroles les meilleures. Ibn Mas‘oud disait : « Oh, langue ! Dis le bien, tu gagneras et tais le mal tu seras sauf, avant que n’arrive le regret. ».
Dans la même lignée, al-Hassan Al-Basrî a dit : « La langue du sage se trouve derrière son cœur, lorsqu’il veut prendre la parole, il réfléchi : si cette parole est en sa faveur, il la dit ; et si elle est à son désavantage, il se tait. »

L’ego est tel un enfant, si tu le négliges, il vieillira sur L’amour de l’allaitement et si tu le sèvres, il s’en abstiendra.

Va donc à l’encontre de ton ego et de Satan et désobéi leur Et s’ils te donnent un conseil, oppose-toi à eux.

 

article précédent de la chronique | fin de la chronique

Islamwave

Bibliographie :

  • Al-Qur’an al-karîm.
  • Al-akhlâq al-islâmiyya wa ousoulouhâ, par la plume du Shaykh ‘Abdu ar-Rahmân Hasan Habbanaka al-Maydânî. Dar al-Qalam, 4ème édition.
  • At-tafsîr al-mounîr fî al-‘aqîdah wa ach-charî‘ah wa al-manhaj, par la plume du Docteur et Professeur Wahba az-Zouhaylî. Dar al-fikr, 2ème édition.
  • Tabyîn kadhib al-mouftarâ, par la plume de l’éminent historien et muhaddith Abî al-Qâsim ‘Alî ibn al-Hassan ibn Hibatou Allah ibn ‘Asâkir (qu’Allah lui fasse miséricorde). Dar al-fikr, 2ème édition.
  • Silsilatu wasâyâ gharîb (2) Ghuthâ’u al-alsoun, par Mohammad ibn Sarrâr al-Yâmmî.
  • Al-kabâ’ir, par la plume de l’imâm Chamsu ad-dîn Mohammad ibn Ahmad ibn ‘Outhmân adh-Dhahabî (qu’Allah lui fasse miséricorde). Dar al-fayhâ’, 1ère édition.
  • Tazkiyyatu an-noufousi wa tarbiyyatuhâ kamâ yuqarrirouhou ‘oulamâ’u as-salaf, basé sur les écrits des éminents savants Ibn Rajab al-Hanbalî, Ibn al-Qayyim et Aboû Hâmid al-Ghazzâlî (qu’Allah leur fasse miséricorde). Edité par la Librairie al-Irchâd.

Ajouter un commentaire